Emmaüs, le bénévolat, pourquoi pas ?

Ce jeudi 2 juin, Mme Patricia Guibot accompagnatrice socio-professionnelle est venue présenter Emmaüs créé par l’abbé Pierre aux élèves de terminale ST2S.  Au sein de cette structure, elle occupe le poste également d’animatrice des bénévoles.

« Je suis assez fière de travailler dans le milieu social. Il n’y a pas un matin où je suis allé à reculons au travail. »

Elle présente en premier l’étendue aujourd’hui de l’association avec Emmaüs International, Emmaüs Europe et Emmaüs France. Suivant leur ampleur, elle décline une branche communautaire, une action sociale, et une économie solidaire et l’insertion avec des comités d’amis qui reprennent les valeurs de l’abbé Pierre.

Des chantiers d’insertion sont présents à Niort, Angers et Nantes. Ils sont spécialisés dans le recyclage par exemple textile ou des déchets électroniques tels que les ordinateurs et les cartouches d’encre.

Une branche communautaire existe à Tours, Chinon, Cholet, Angers, pour les personnes en attente de régularisation. En demande d’asile, ils n’ont pas le droit de travailler, souvent leur première demande est rejetée et ils doivent quitter leur logement sous 1 mois.

L’association a créé à Saumur SOS Famille et Habitat Solidarité pour les mal-logés ou les menacés d’expulsion. Une nouvelle association a été fondée, celle de 100 pour un, pour les familles migrantes déboutées du droit d’asile. Cinq familles sont logées actuellement.

Les profils des bénévoles sont variés : jeunes retraités, femmes actives à temps partiel ou en horaires décalés, des jeunes en stage, des jeunes mamans dont les enfants sont à l’école, des hommes en recherche d’emploi et des demandeurs d’asile. Les hommes représentent 20% des bénévoles.

Emmaüs Saumur compte 9 salariés en CDI en temps plein.

Elle ne reçoit aucune subvention. Son budget est lié aux points de vente d’Emmaüs. En revanche 20% de son budget est redistribué pour de la solidarité financière. La solidarité matérielle va concerner entre 200 et 300 familles par an. Par exemple, une famille aidée par une assistante sociale va solliciter une forte réduction sur un appareil électroménager comme un frigo ou une machine à laver. Le vestiaire qui se déroule le mardi après-midi sans rendez-vous permet d’accéder à des vêtements ou des articles de puériculture.  Emmaüs subventionne d’autres associations telles qu’Habitat solidarités, SOS famille, 100 pour 1, Asur, une association locale nommée Collectif des demandeurs d’asile. A l’international, elle est présente au Bénin, au Bangladesh, en Afghanistan. 4 à 5 containers sont envoyés chaque année. Par exemple des fours à pain ont été envoyés au Bénin.

Elle cite une parole très importante de l’abbé Pierre qui disait : « C’est bien de donner du pain à celui qui a faim, c’est mieux de lui permettre qu’il gagne son propre pain. »

Elle présente ensuite son parcours, du BAFA au BAFD à la formation des animateurs préparant le BP JEPS. Elle a obtenu le DUT Carrières sociales, a été animatrice sur des chantiers d’insertion, a travaillé en centre social, a monté des projets de rencontre notamment à St Pierre des Corps, nommé « Les Couleurs de la vie » et à Longué « Oxygène », pour des femmes isolées en milieu rural. Elle a été formatrice sur les techniques de recherche d’emploi avec par exemple des simulations à l’entretien d’embauche.

« Ce que j’aime à Emmaüs et pourquoi je suis restée si longtemps ce sont les trois facettes, l’accompagnement individuel, la formation en face à face et la mise en place d’animations. C’est passionnant d’aller à la rencontre des personnes et de monter des projets ».

Enfin, elle encourage les élèves à s’impliquer dans le bénévolat, notamment pendant les vacances scolaires surtout estivales où le manque se fait ressentir, même pour une semaine.

Il est possible également de s’engager sur un chantier d’été ou en service civique.

Plu d’infos sur

www.emmausexperience.org



Login